38e édition :
Changement d’horaire : 20h

Du 10 au 14 juin 2021

38e édition

Du 10 au 14 juin 2021

Suite aux consignes définies par le gouvernement et afin que les spectateurs puissent regagner leur domicile en toute sérénité et dans le respect du couvre-feu à 23h, les concerts se tiendront à 20h (et non plus à 21h).

Vers des retrouvailles heureuses

Comme l’an passé, malgré les difficultés liées au contexte sanitaire, nous avons tenté de trouver la juste mesure entre la nécessaire prudence et l’indispensable audace, en vous proposant un festival concentré sur trois soirées et pourtant étendu sur cinq siècles. Son programme vous fera voyager vers Versailles, l’Orient ou l’Italie, tout en vous offrant l’occasion de retrouver cette alchimie précieuse qui fait communier auditeurs et musiciens sur une note ou un silence tenu, et qui rassemble, autour de chaque spectacle, un petit monde d’acteurs invisibles et affairés qui méritent notre implication et notre solidarité en ces temps troublés.

 

Nous avons mis à profit à la fois cette année suspendue et l’agilité que nous confère la taille modeste de notre association, pour mettre en chantier une transition numérique qui nous permet aujourd’hui de vous proposer une billetterie totalement dématérialisée, et pour engager une démarche éco-responsable en adhérant à Arviva. Ces mutations constituent un pari sur l’avenir, sur la sortie de crise et sur la formidable force de résilience dont la musique est porteuse. L’État, les collectivités territoriales et nos partenaires privés – entreprises et médias – nous ont fidèlement suivis sur ce chemin de regain espéré, et nous les en remercions ici chaleureusement.

 

À vos agendas, donc ! Cette année, deux anniversaires nous imposent de souffler des bougies : le 500e anniversaire de la mort de l’immense Josquin Desprez, et le 350e anniversaire du grand gambiste Antoine Forqueray. Nous allons le faire en beauté.

Le jeudi 10 juin, l’Ensemble Clément Janequin, dirigé par Dominique Visse, propose un programme renaissant de haute volée, « Mille regretz de vous habandonner », autour de l’œuvre polyphonique la plus flamboyante de la France de François Ier, marquée par les escapades italiennes du compositeur à la cour des Sforza, à Ferrare. Cette dualité culturelle si caractéristique de l’époque lui permet d’allier profonde ferveur et plaisante légèreté, et lui vaut le joli surnom de « Mozart du XVIe siècle ».

 

Le samedi 12 juin, Joshua Cheatham (viole de gambe), Gabriel Rignol (théorbe) et Yoann Moulin (clavecin) rendent hommage au prodigieux gambiste Antoine Forqueray, dont la virtuosité avait ébloui Louis XIV alors qu’il était encore enfant, et dont il avait fait le professeur de musique du Régent et un des musiciens attitrés de la cour. Ses œuvres, épurées et retenues, dans la plus pure tradition du classicisme français, offrent aux résonances raffinées de la viole des possibilités infinies qui subliment l’instrument.

 

Après cette double immersion dans la musique française, place au voyage ! Le lundi 14 juin, Jordi Savall (rebab, dessus de viole et rebec) et Pedro Estevan (percussions) nous offriront « un refuge de la mémoire, un dialogue des âmes » entre les musiques d’Orient et d’Occident, sous-tendues par la quête d’absolu des grands monothéismes de la Méditerranée, dont l’entrelacs amoureux des traditions souligne des similarités essentielles dans leur élan de transcendance et de fraternité.

 

À noter, enfin, que comme l’année dernière, le protocole sanitaire édicté par le ministère de la Culture sera strictement appliqué. Les consignes qui seront mises en œuvre figurent dans rubrique « billetterie » du site.

 

Vous le voyez, tout est réuni pour faire de cette 38e édition un moment de retrouvailles heureuses sous les signes de l’excellence et du partage !

 

Avril 2020 – L’équipe des « Muses en Dialogue »

Organisatrice du Festival de musique ancienne à Maguelone

 

Hommage

Cette 38e édition est dédiée à Francis Bonnet, qui nous a quittés le 16 janvier dernier. Compagnon de route depuis l’origine du festival, il en assurait la présidence d’honneur depuis de nombreuses années. Adjoint au maire délégué au tourisme de Palavas-les-Flots durant les années 1980, il a immédiatement compris l’intérêt de créer à la cathédrale une manifestation de grande qualité pour développer l’attrait du site exceptionnel de Maguelone. Ancien premier vice-président de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Montpellier et ancien président du tribunal de commerce, il n’hésita pas à apporter son précieux soutien dans la mobilisation de l’État, des collectivités locales et des organismes consulaires.

 

Nos pensées vont aussi vers Jean Planchon, décédé le 27 octobre 2020. Personnalité charismatique du milieu patronal montpelliérain des années 1980-1990, il exerça les fonctions de président de la CCI de Montpellier, insufflant notamment une nouvelle dynamique à la base aéroportuaire de Fréjorgues. Il eut aussi le souci d’initier à la CCI une politique culturelle : c’est ainsi que l’organisme consulaire montpelliérain fut un contributeur généreux au fonctionnement du festival.

     

La presqu’île de Maguelone et sa cathédrale

Un site unique

La cité épiscopale et canoniale de Maguelone fut le siège de l’un des diocèses primitifs du Languedoc puisqu’un évêché est fixé sur l’île en 533. Le site, abandonné au VIIIe siècle, a été reconstruit au XIe siècle pour devenir terre pontificale. Au XIIe siècle, une nouvelle cathédrale est édifiée, plus vaste et fortifiée. L’île a servi plusieurs fois de terre d’asile aux pontifes fuyant les luttes de Rome. En 1536, le siège épiscopal, qui fut le seul en France à être situé sur une île, est supprimé et transféré à Montpellier.

 

Outre l’église, chef-d’œuvre de l’art roman languedocien, il reste quelques vestiges de l’ancienne cité qui regroupait les bâtiments canoniaux, autour du cloître à étages et du logis de l’évêque, ainsi que plusieurs annexes.

 

Ce joyau architectural, élevé entre mer et étangs et entre terre et ciel, dans un écrin de verdure qui abrite une faune et une flore exceptionnelles au cœur d’un site classé Natura 2000, a été classé monument historique en 1840. Cependant, ce fut Frédéric Fabrège, avocat et historien montpelliérain (1841-1915), qui entreprit, suite à l’acquisition du domaine par son père en 1852, de restaurer cet édifice majestueux et de planter des essences méditerranéennes sur l’île alors dénudée. Il est d’ailleurs inhumé dans la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Maguelone, qui a été rendue au diocèse de Montpellier en 1949 par sa fille.

 

Depuis 1969, les Compagnons de Maguelone œuvrent pour la préservation et la mise en valeur du patrimoine bâti et de son environnement naturel.

 

Nous avons besoin
de vous !

Votre aide et votre soutien nous sont essentiels. Aidez-nous à maintenir notre exigence artistique et soyez partie prenante de nos projets.

 

Pensez
covoiturage !

Pour simplifier votre venue aux concerts, prolonger la convivalité du moment et faire un geste pour l’environnement, partagez vos déplacements en voiture avec le covoiturage.

Nos partenaires