Sigiswald Kuijken

Le Mardi 04 juin 2019 à 21h00
Tribune

Sigiswald Kuijken, violoncelle d’épaule

Suites pour violoncelle de Bach

 

Réservation en ligne 

 

Sigiswald Kuijken étudie le violon à Bruges puis au conservatoire de Bruxelles où il obtient le premier prix en 1964. Jusqu’en 1972, il est membre – avec Wieland Kuijken, Robert Kohnen et Janine Rubinlicht – de l’ensemble bruxellois Alarius. Il pratique ensuite la musique de chambre en compagnie de différents spécialistes du répertoire baroque, principalement avec ses frères Wieland et Barthold ainsi que Robert Kohnen, mais aussi avec Gustav Leonhardt, Frans Brüggen, Anner Bylsma et René Jacobs.

En 1969, il introduit une façon historiquement plus authentique de jouer le violon baroque : l’instrument n’est plus pris entre le menton et l’épaule, mais il est librement appuyé sur l’épaule, ce qui a des conséquences importantes sur l’approche du répertoire pour violon.

Il a enseigné le violon baroque au Conservatoire royal de La Haye de 1971 à 1996, et au Conservatoire royal de Bruxelles de 1993 à 2009. Il est par ailleurs depuis longtemps un professeur invité très sollicité (entre autres au London Royal College of Music, à l’Université de Salamanque, à l’Accademia Chigiana de Sienne, au Conservatoire de Genève, à la Musikhochshule de Leipzig).

Sous l’impulsion de Gustav Leonhardt et de la firme Deutsche Harmonia Mundi, il fonde en 1972 La Petite Bande, un orchestre baroque qui s’est produit depuis en Europe, en Australie, en Amérique du Sud, en Chine et au Japon.

En 2004, il réintroduit le violoncello da spalla (violoncelle d’épaule) sur la scène – l’instrument pour lequel Bach écrivit sans doute ses Six suites en solo, qu’il a enregistrées fin 2006.

Sigiswald Kuijken a reçu plusieurs distinctions : un doctorat d’honneur de la KU Leuven, le 2 février 2007 ; le prix du Mérite culturel de la Communauté flamande, en février 2009 ; le Médaillon d’or de l’Académie royale des sciences et des arts, en Belgique, en 2015 ; ainsi que le prestigieux REMA Award de la part du Réseau européen de musique ancienne, en 2018.